Index du Forum




 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Mon premier loup.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> CR de vos voyages de pêche ou de vos sorties en mer, destinations et informations pratiques -> Les comptes rendus de voyages
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Yves
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Mar 2012
Messages: 689
Localisation: PANAMA
Masculin Bélier (21mar-19avr)

MessagePosté le: Dim 29 Juil - 17:36 (2012)    Sujet du message: Mon premier loup. Répondre en citant

Tout petit je traquais les gobies avec masque, tuba et palmes le long des rochers (en plus je ne savais pas encore nager sans ces appareils), un fil, quelques plombs grenaille, un petit hameçons et des petits Bernard l’Hermite dans une poche en plastic accrochée au maillot dans laquelle je gardais aussi mes prises ! Je passais des heures dans l’eau.
Sur le chemin du retour je distribuais les petits poissons aux chats qui erraient dans les rues de mon village, capitale mondiale du traitement de l’anchois au sel.
Et des chats, il y en avait ! Partout !
Les portes en bois des ateliers dans lesquels les pécheurs stockaient leur matériel pendant la morte saison, étaient toutes ou presque équipées d’une chatière.
Portes et volets étaient peints avec les couleurs des barques. Jaune, rouge, bleu, vert dominaient, c’était magnifique. Et au moins cette tradition perdure.




L’étape suivante a été ma « première canne » : un bambou, un roseau devrais-je plutôt dire, acheté au petit bazar au coin de l’église, avec la ligne accrochée. Je découvrais ainsi le bouchon, le tap, instrument magique dès qu’il se met à s’animer et plonger, signalant la touche. Sont venues avec les temps les escabènes (on ne trouvait pas à cette époque tous les appâts d’aujourd’hui), la rouge, molle, et la verte, dure et qui pinçait les doigts. C’est ainsi que j’ai sorti mes premières girelles qui glissaient dans les doigts et sarans. Un jour sans appâts et péchant avec un bout de viande, j’ai même sorti ma première rascasse. Un vieux du village m’a sauvé de l’accident en la retirant de l’hameçon et en me faisant un cours sur la dangerosité de la bestiole qu’il remit promptement à l’eau. Et oui, c’était une époque où les enfants pouvaient sans aucune crainte vaquer dans le village, ses ruelles et ses plages : il y avait toujours l’œil attentif de quelqu’un, connu ou inconnu, pour assurer la surveillance…

Vint enfin le temps de pécher comme les « grands ».

Les barques ramenaient le matin les anchois ou sardines capturées au lamparo pendant la nuit et rejetaient les poissons abimés en nettoyant le bateau et les filets. C’était un broumé répété tout au long de la saison d’ été, qui accoutumait quelques belles pièces dans la baie, trouvant là le gîte et le couvert. Et on voyait arriver alors les trop vieux pour continuer à embarquer, avec un long bambou qu’ils gardaient d’ordinaire accroché à tuyau de descente des eaux de pluie de leur maison, aucune pièce ne pouvant accueillir pareilles longueurs.

Voici donc un de mes meilleurs souvenirs de pécheur : au bout de ce bambou trainait de la cordelette fine pour une longueur de 3 ou 4 mètres, parfois plus, selon le goût de chacun. Le nylon d’une belle longueur venait ensuite qui portait l’hameçon toujours à palette pour y accrocher un beau filet de sardine juste sortie de l’eau du matin. L’ensemble mesurait dans les 15 ou 20 ms sans problème, ajoutés à la longueur de la « canne » qui souvent grimpait jusqu’au deuxième étage des maisons ! Pas de moulinet, vous l’aviez deviné… La même cordelette descendait le long du bambou jusqu’au bas, et se terminait par une belle pelote, tenue par un élastique.

Les plages restaient calmes jusque tard dans la matinée, il y avait moins de touristes, et les matinaux sur cette plage peu fréquentée pour cause d’odeurs (d’autant que des toilettes publiques donnant directement dans l’eau se trouvaient à peu de distance), se tenaient par correction à une distance respectable et se baignaient « discrètement ». Septembre les voyait repartir, laissant place nette pour la pêche.


C’ est ainsi que je m’essayais à cette pêche traditionnelle, dès que je fus équipé d’ un bambou, dont l’usage voulait qu’il soit toujours coupé en période de pleine lune pour la souplesse et la résistance, et offert par un trop vieux, même pour pécher du bord : « Tiens petit, je te le donne ».
J’étais fier, vous ne pouvez même pas imaginer.
On n’investissait pas dans une vraie canne et un moulinet pour un loupiot si petit.

Et c’est au bord de l’eau que commençait la magie !



Entre les barques endormies pour la journée se trouvaient de nombreuses pierres plates jumelés avec des rondes qui servaient de marteau pour préparer le « broumé », mélange de sardine écrasée et de sable fin, parfois d’ un peu de mie de pain. Un joli et fragile filet de sardine sur l’hameçon, une belle boule de mixture autour, la canne bien calée dans le sable, on s’avance un peu dans l’eau, pas trop et on lance l’appât aussi loin que possible sans briser le bel ensemble broumé/esche qui ne doit éclater dans l’eau qu’ à la retombée, et pas avant ...
Le bambou était ensuite callé avec d’autres pierres que l’on trouvait à foison entre les barques montées sur la plage de galets.
La mer était belle le matin, condition sine qua non pour cette pratique. Dans l’attente on avait tout loisir pour assister au lever du soleil qui annonçait sous peu la fin de la partie de pêche.



Il y avait toujours un vieux qui venait voir ce que devenait le petit qui s’essayait à cette pêche. Ils sont matinaux quand l’âge avance. Il me donnèrent les derniers conseils pour faire de belles boules, pour bien escher le filet, comment caler la canne, où la mettre etc.

Il m’a fallu de longues heures de patience avant de sortir mon premier loup. Mais j’ étais têtu.

La touche se matérialisait de façon simple : la bannière se tendait légèrement, et d’un coup d’un seul la canne se courbait jusqu’à souvent tomber dans l’eau. Vite récupérée par le pêcheur, un bon ferrage sans violence pour ne pas casser et hop, sans moulinet, commençait la bataille, le pêcheur reculant sur la plage pour ramener le poisson au bord. Le bas de ligne, toujours fin dans ces eaux claires et calmes de l’aube, exigeait beaucoup de prudence. Si le poisson le voulait bien, en n’étant pas trop gros, il se rendait sur les premiers graviers et le vieux présent se chargeait de la basculer hors de l’eau. Sinon, si l’ adversaire se montrait récalcitrant, trop gros, trop combatif au point de ne pas pouvoir le maitriser, alors la canne partait avec, dans l’eau. Le pécheur la laissait filer en déroulant la fameuse pelote tenue par l’élastique et ensuite il suffisait d’attendre que le poisson se noie en trainant l’ensemble, puis tout doucettement de ramener le tout, toujours en reculant sur la plage.

Ma première prise était un loup, pas gros, 1,2 kg. Les vieux qui me surveillaient depuis quelques temps étaient tout contents. « Tu as vu, le petit, il y est arrivé ».

Je l’ai tellement baladé, fier comme Artaban, pour le montrer aux amis de la famille, aux copains et aux autres qu’il a fini à la poubelle, immangeable, à mon grand dam.

Les barques ont fini comme mon poisson.



Le temps des gobies et des girelles était définitivement révolu. Celui de la pêche allait l’être aussi pour quelques temps, supplanté par les premiers flirts et les premières amours. Il ne reviendrait que plus tard, bien plus tard, lorsque mes courtes études poursuivies et jamais rattrapées, mes fêtes nocturnes et ma vie de patachon, mon travail enfin, m’en laisseraient le loisir.

Et cette nouvelle aventure commencerait avec les sailfish des Seychelles, 15 ans plus tard. Wink
_________________
On n'est jamais aussi bien servi que par soi-même...
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 29 Juil - 17:36 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> CR de vos voyages de pêche ou de vos sorties en mer, destinations et informations pratiques -> Les comptes rendus de voyages Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com